Publié le

Histoire du Sac

Le sac semble exister depuis la préhistoire. Il a connu au fil du temps des heures de gloire et de longues périodes de mise à l’écart.

 

À l’origine, le sac est uniquement utilitaire et sert à transporter des objets, de la nourriture.

Dans le monde antique, le sac, souvent en toile grossière, est l’attribut de l’esclave qui porte ainsi les affaires de son maître. L’homme libre voyage les mains vides.

 

Il existe aussi et ce, encore au Moyen- Âge, des sacs de petit format, parfois des étuis, les ancêtres de nos sacs à main, qui se portent en bandoulière ou qui se fixent à la taille.

Différentes sortes de bourses qu’on attachait à la taille par un cordon voient le jour: escarcelle, aumônière, pour transporter les bijoux, l’argent, la monnaie à distribuer aux pauvres…

Les vêtements n’ont pas de poches, d’où l’utilité du sac pour transporter ses affaires, sa nourriture, ses outils, selon ses besoins et ses activités…

 

Avec la Renaissance, les sacs tendent à disparaitre: les robes et les jupons des dames, les culottes des hommes sont si bouffantes, si vastes qu’on peut les munir de quantité de poches ( en fait des sacs de tissu ouverts sur le dessus) maintenues autour de la taille, et accessibles par des fentes qui se confondent avec les coutures.

Il n’est plus nécessaire de porter une bourse, sauf pour les femmes élégantes qui assortissent à leur robe une sorte de pochette, souvent ronde ou carrée, brodée, parfois couverte de pierreries, le début du «sac accessoire de mode»!

Les affaires encombrantes sont portées par les domestiques.

 

Le sac réapparaît au XVIII ième siècle. Les hommes attachent à nouveau des bourses à leur taille ; elles sont le plus souvent en velours et permettent aux aristocrates, aux hommes riches, d’y ranger leurs jetons et leurs pièces nécessaires aux jeux de cartes, alors très à la mode.

Les belles dames, quant à elles, poursuivent l’utilisation des bourses précieuses, assorties à leur robe. Les «châtelaines» voient le jour: chaînes souvent en or ou en argent fixées à la ceinture, on y accroche des bijoux, des ciseaux, des clefs…

 

Avec la mode «Empire» au XIX ième siècle qui s’inspire de l’Antiquité, les robes de coupe simple, près du corps ne permettent plus de cacher des poches sous les jupons, la taille rehaussée sous la poitrine ne permet plus d’accrocher des châtelaines à la ceinture. En toute logique, le sac réapparaît et s’installe définitivement comme accessoire indispensable de la mode, assorti comme les chaussures à chaque tenue féminine.

 

Avec la multiplication des voyages, en train, en bateau, avec la mode des cités balnéaires, des villes d’eau, apparaissent des bagages souvent personnalisés, luxueux, nécessaires à une nouvelle bourgeoisie qui veut montrer son rang au même titre que les aristocrates.

Chacun connaît la marque «Vuitton» que l’Impératrice Eugénie a contribué à rendre célèbre.

Le sac à main s’inspire alors de cette nouvelle bagagerie et devient plus grand, pour permettre à ces dames de transporter tout ce qui peut leur être utile pour la durée du voyage.

 

Le XX ième siècle accélère les changements, le sac change de forme et de style selon la mode du moment. Il est devenu l’accessoire indispensable à chaque femme, remplissant à la fois une fonction pratique et esthétique.

 

Si vous aimez ce sac, faites le savoir :Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0Share on Facebook
Facebook
0